« Beaucoup de respect pour les travailleurs de l'industrie »

Il y a 1 mois

Des tables du Pasino de La Grande-Motte aux plus gros tournois internationaux en ligne depuis Budapest, en passant par la Team ATM, le presque trentenaire Samy Dubonnet a gravi tous les échelons vers le poker professionnel. Rencontre avec un Sudiste ambitieux.

Texapoker : Bonjour Samy et merci de nous répondre. Peux-tu nous en dire plus sur toi ?

Samy : J'ai 29 ans, je suis originaire de Mauguio, à côté de Montpellier, et expatrié à Budapest, la capitale de la Hongrie. J'ai connu un parcours atypique, d'un centre de formation de basketball à un Master de droit immobilier. Je n'avais pas le niveau pour être professionnel de basket mais je suis devenu arbitre pendant 4 ans en quatrième division, déjà une ligue professionnelle.

En parallèle, j'ai joué au poker de façon récréative, en cash-game au Pasino de La Grande-Motte mais aussi en tournois, sur les live Texapoker. Ma rencontre avec un autre joueur, Robin, m'a fait passer un cap. On a pris conscience qu'au poker, c'était toujours les mêmes qui gagnaient et que ce n'était donc pas le fruit du hasard mais bien à force de travail. Grâce aux premiers gains engrangés, j'ai pris du coaching et j'ai commencé à me former. J'ai rejoint la Team ATM et j'ai continué à progresser.

Quelles sont tes habitudes de jeu online et live ?

Je suis un joueur de MTT, de tournois entre 100€ et 1 500€ de buy-in online. Quant au cash-game et aux sit&go jackpot, ce sont des disciplines totalement différentes où j'estime n'avoir aucune compétence. C'est comme si l'on comparait un 100 mètres avec le marathon ! En live, je disputais les festivals français à moyen buy-in, les TPS 500, les FPO et DSO, à La Grande-Motte, à Cannes, à Aix-en-Provence, à Lyon, à Paris... mais aussi certains 1 000€ et des tournois compris entre 500$ et 1 500$ à Las Vegas. J'accorde énormément d'importance à l'aspect théorique du jeu et j'ai pu profiter de cette période de crise sanitaire pour beaucoup travailler théoriquement (plus de 1 000 heures théoriques en 2020). On devrait me voir régulièrement sur les tournois live à 2 000€, 3 000€ et 5 000€ dès la fin de l'année !

Que penses-tu de la marque et des tournois Texapoker ?

Je n'ai rien à dire de négatif ! Il y a toujours de belles structures sur les Main Event des festivals Texapoker, même pour des tournois à faible buy-in. Le staff est compétent et professionnel, à l'écoute des joueurs. Je n'ai jamais eu aucun souci avec un croupier. J'ai beaucoup de respect envers ceux qui travaillent dans ce milieu. Contrairement à certaines organisations, les équipes de Texapoker se rendent particulièrement disponibles pour répondre aux questions des joueurs et prendre le temps d'expliquer les règles en cas de litige ce qui est vraiment appréciable.

Texapoker œuvre pour les joueurs récréatifs, avec notamment un payout optimisé pour leur plaire, proposant plus de places payées et moins d'argent à la gagne. Si les joueurs réguliers français sont habitués des tournois Texapoker, il reste encore des choses à faire pour attirer les gros joueurs étrangers selon moi. L'APO 2 500 va dans ce sens et notamment sa tenue future à Paris.

Quel est ton moment le plus marquant sur nos tournois Texapoker ?

Cela remonte au FPO Lyon en mai 2019. C'est mon meilleur moment et le plus frustrant à la fois. J'étais chipleader à la fin du Jour 1 puis durant tout le jour 2 avant de tomber shortstack en demi-finale. J'ai commencé la table finale avec le plus petit tapis et j'ai réussi à repasser chipleader à 5 joueurs restants. Malheureusement, un énorme set-up contre l'autre gros stack de la table m'a fait rendre les armes à la 5e place pour 10 200 euros, mon plus gros gain en live à ce jour. Émotionnellement, j'ai vécu les montagnes russes dans ce tournoi ! Mes meilleures performances en live restent mes deux victoires sur des TPS 250 à La Grande-Motte.

Qu'as-tu pensé des mesures sanitaires mises en place par Texapoker à l'été dernier ?

C'est difficile d'avoir un avis quant à l'efficacité des mesures prises. En tout cas, cela ne me freine pas, c'est un choix à faire par rapport à la situation. J'ai envie de jouer donc j'accepte les différentes conditions, que ce soit le port du masque ou les séparations de plexiglass.

Es-tu prêt à revenir jouer en live dès que les tournois reprendront ?

C'est une décision que chacun doit prendre en son âme et conscience. D'un côté, il y a le cœur qui nous dit de reprendre notre vie d'avant et donc le chemin des tournois live. Et de l'autre, il y a la raison qui nous rappelle que la situation sanitaire est toujours compliquée, que le COVID est toujours là et qu'il faut être raisonnable. Aujourd'hui je n'ai qu'une envie, c'est de retrouver le chemin des tables mais j'émets encore des réserves quant aux conditions à la reprise. Je me pose encore beaucoup de questions et quelques barrières persistent. Plus pour très longtemps j'espère.

Crédit photos Sophie Pons pour PMU Poker

 

« Beaucoup de respect pour les travailleurs de l'industrie »